Mon conjoint, mon enfant, un de mes parents, mon ami boit !

Mon conjoint, mon enfant, un de mes parents, mon ami boit ! Que puis-je faire?

Surtout pas…

  • Rien… Un problème d’alcool peut être quelque chose de grave, il faut donc parler et agir.
  • La morale : quand on boit, on en a généralement conscience, mais les solutions paraissent inaccessibles.
  • Des contrôles, comme des marques sur les bouteilles. Au jeu de la dissimulation, tout le monde perd.
  • Des menaces ou du chantage qui ne feront que renforcer les défenses de la personne que vous souhaitez aider.
  • Culpabiliser, cela blesse et n’aide pas à surmonter les difficultés.
  • Se culpabiliser, c’est le plus souvent injustifié et inefficace.
  • Supprimer ses moyens financiers : quand on veut se procurer de l’alcool, on y arrive toujours.
  • S’improviser soignant. Laissez les professionnels jouer ce rôle, soyez vous-même.

Que faire alors?

Soyez authentique :

  • Nommez l’alcool, dites que sa consommation lui crée des problèmes et vous pose des problèmes.
  • N’entretenez pas l’illusion d’avoir l’air de croire à un autre problème, dépression, fatalité, malchance, malveillance. Si vous pensez que l’alcool est à l’origine de ces difficultés, il faut en parler.
  • N’attendez pas. Plus le temps passe, plus il est difficile de résoudre les problèmes et plus l’incompréhension sera difficile à surmonter.
  • Dites que vous souffrez de cette situation.
  • Dites-lui que vous l’aimez, mais que vous ne supporter plus la situation actuelle.
  • Comprenez que celui ou celle qui boit de façon pathologique ne le fait ni par plaisir, ni pour vous faire du mal, mais pour calmer une souffrance sans avoir trouvé de meilleurs moyens de le faire.
  • Reconnaissez ses efforts pour réduire ou arrêter cette consommation, même s’ils sont infructueux.
  • Exprimez vos limites, mais en étant crédible. Pas de menaces de départ ou de sanctions à tort et à travers si vous ne devez rien mettre en pratique.
  • Soyez solidaires, ayez vous-même une attitude cohérente par rapport à l’alcool.
  • Continuer à partager les responsabilités familiales, autant que possible.
  • Prenez patience, un problème complexe ne peut se résoudre simplement.

 

Faites-le ou faites-la aider :

  • Parlez-en à votre médecin traitant, conseillez-lui de le rencontrer ou allez le consulter ensemble.
  • Rencontrez un travailleur social si la situation matérielle, professionnelle ou juridique se dégrade.
  • Proposez-lui de consulter dans un centre d’alcoologie ou une consultation hospitalière d’alcoologie et, s’il ou elle le souhaite, allez-y ensemble.
  • Conseillez-lui de rencontrer une association d’anciens buveurs, pour rencontrer d’autres personnes ayant vécu des situations similaires.
  • Respectez le secret professionnel auquel il ou elle a droit de la part des soignants.
  • Comprenez que l’arrêt de la consommation d’alcool, s’il est indispensable, ne suffit pas et qu’un travail de reconstruction social, psychologique et culturel est indispensable.
  • Encourager le (ou la) a organiser son temps libre.

Faites-vous aider :

  • Informez-vous afin de mieux comprendre cette maladie.
  • Vous aussi vous souffrez et indirectement vous êtes « malades » à cause de l’alcool. Vous soigner, vous aidera à avoir une attitude plus constructive.
  • Rencontrez un professionnel dans un centre d’alcoologie ou une consultation hospitalière d’alcoologie.
  • Rencontrez une association de membres de l’entourage de buveurs ou d’anciens buveurs, vous y trouverez chaleur et apprendrez à créer un climat favorable à une démarche de soins.
  • Vous devez vous protéger de toute violence verbale ou physique, c’est un préalable à toute restauration de dialogue. Les professionnels sont là pour vous aider.

La dépendance à l’alcool n’est pas une fatalité, vous pouvez faire quelque chose, les problèmes ne se règlent pas tout seuls.

ANPAA Site: http://internet.anpaa.asso.fr/

Al-Anon/Alateen : Association d’aide à l’entourage des malades alcooliques

http://al-anon-alateen.fr

Réunion du groupe Al-Anon à Antony

tous les vendredis soir à 20h45
Maison de quartier du Mont-Blanc
2, rue du Mont-Blanc> 92160 Antony
(RER B Les Baconnets)

Contact: Philippe:06 07 18 95 22

Pour aller plus loin:

florence peltier

Florence Peltier, conseil conjugal et familial, formation en relations humaines

Follow:
Pas de commentaires pour le moment
Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.