Une rentrée plaisir !

Cette année, j’ai envie de me faire plaisir !

En effet, je sais que je vais retourner très vite (trop vite !) dans mes habitudes de vie hyper stressées et hyper stressantes ! Je sais que je vais être lasse par moment de ces multitudes d’activités passionnantes, mais énergivores et chronophages.

Je décide donc de commencer cette année sous le signe du plaisir.

Le plaisir fait partie de la vie, alors pourquoi s’en priver ? S’accorder du plaisir permet de rendre la vie plus légère, de supporter mieux les aléas de la vie… de voir notre existence différemment.

Selon le professeur Michel Lejoyeux, auteur du livre « Changer en mieux », le plaisir est l’un des premiers piliers pour favoriser le changement. Dans son livre, il nous invite à  identifier ce que vous aimez et ce qui vous fait vraiment plaisir. Nous avons l’habitude de voir notre quotidien toujours sous le même angle et pourtant il existe d’autres angles !!!

Explorons-en quelques-uns :

La nourriture :
Qu’aimez-vous manger ? Prenez le temps de goûter, de déguster chaque bouchée. Prenez le temps de cuisiner, de tester, de découvrir de nouvelles recettes, de nouvelles saveurs. Partagez avec vos proches. Prenez soin de vos repas.

Les livres :
Cherchez dans votre bibliothèque les livres qui vous font vraiment plaisir. Étalez-les, réfléchissez à ce qui vous donne du plaisir, ce qui vous fait du bien.

Les musiques :
Qu’aimez-vous entendre, qu’est-ce que cela provoque en vous ? Comment pourriez — vous décrire les sensations en vous ? Où se loge-t-elle dans votre corps ? Quelles images cela fait-il apparaitre ?

Dans la nature :
Observez les couchers de soleil, profitez des promenades dans un bois ou à la campagne, prenez le temps de contempler un insecte…

Votre quotidien :
Comment aimez-vous commencer votre journée ?
Comment aimez-vous la terminer ?
Qu’est-ce qui vous permettrait le soir d’être satisfait ?

Vos loisirs :
Qu’aimez-vous ? Pourquoi ? Qu’est-ce que cela provoque en vous ?

Les personnes que vous côtoyez :
Que recevez-vous d’elles ? Que donnez-vous ?
Qu’éprouvez-vous en leur présence ?

Bonne rentrée, bons plaisirs !

Florence PELTIER, conseil conjugal et familial à Antony

Florence Peltier

Florence Peltier, Conseil conjugal et familial Praticien expert en psychologie positive Praticien Approche neurocognitive et comportementale Formation en relations humaines

Follow:
  • From Des jam on De la relation

    Ça y est. J ai décidé d être désagréable avec ma boulangère pour me concentrer en aimabilité avec mon conjoint

    Go to comment
    2014/04/16 at 2:09 pm
  • From Conseiller conjugal et familial et Thérapeute de couple on Le Conseil Conjugal et Familial, Pour Qui, Pourquoi, Quand et Comment ?

    Vidéo intéressante sur notre métier !

    Go to comment
    2014/04/12 at 7:53 pm
  • From Florence on à la recherche de l'amour ou d'un "médic-amant" ?

    Moi cela ne me choque pas tout à fait. Dans notre société, la plupart des bébés, bambins et jeunes enfants ont un “doudou” et/ou une tétine qui sont en réalité des substituts de la maman. Le doudou est si important que certains parents vont jusqu’à acheter le même en 3 exemplaires au cas où l’un serait perdu, mis à laver ou autre. Cet objet est capable de rassurer voire même servir de consolation à un enfant malade, blessé, triste etc. Alors, une adulte qui souhaite une peluche, cela pourrait être la suite logique des doudous, non ?

    Go to comment
    2013/10/29 at 8:48 pm
  • From Une voix féminine fort consonante : Perrine de Prémare | UN MÂLE POUR UN BIEN on PERRINE DE PREMARE

    […] Où sont les hommes ? » demande justement Perrine de Prémare, une des fondatrices du blog collectif Relationaide.com, en consonance totale avec un des propos de […]

    Go to comment
    2013/10/22 at 12:15 pm
  • From Eléonore on Les talents

    Merci Claire pour cet article très intéressant ! Toi, en tout cas tu l’as découvert ton talent 🙂

    Go to comment
    2013/10/15 at 8:16 pm
  • From bruno on Les enfants du divorce

    Bonjour, il faut je pense etre extremmement vigilant sur le comportement de l enfant apres le divorce car selon les familles, le milieu social, la religion, la communication au sein des familles, l enfant peut vivre le divorce de facon tres traumatisante. Dans mon cas, j avais 12 ans et je l ai mal vecu. Au lieu d exprimer la colere que je ressentais, l incomprehension de ce gachis, j ai pris sur moi et ai vecu avec cette melancolie cachee pendant 15 ans. J ai vecu sans projet de vie, sans ideal de couple. Le divorce ne s est pas bien passe car mes parents ne se parlent plus, mon pere nous questionnait suite au divorce sur les frequentations de ma mere. Ils auraient pu rencontrer un mediateur pour les aider. Je leud en veux pour ca..de nous avoir jamais expliquer vraiment la cause de leur mesentente qui est venue tout d un coup. C etait lie a une histoire de cul, ca fait mal d etre au milieu de ca au moment ou nous enfants avions besoin de stabilite pour devenir adolescent. Moi j ai ressenti de la culpabilite envers mon pere qui ne s est jamais remi en couple. Sale histoire…quand ca se passe comme ca je conseille a l enfant d attendre sa majorite et de faire sa route. Et revenir quand il le sent pour retrouver sa famille en paix avec lui meme.

    Go to comment
    2013/10/04 at 12:03 pm
  • ...-->
    Pas de commentaires pour le moment
    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.