À deux face à la souffrance

Qu’il est bhttp://www.dreamstime.com/stock-images-abstract-sun-illustration-drawn-chalk-image36116144eau, qu’il est touchant ce jeune couple qui nous reçoit en ce dimanche du mois de juin.

La perte  d’un enfant, la maladie d’un père, la fatigue d’un accouchement tout récent rendent cette mère fragile et pourtant forte en même temps, rendent ce père attentif et aidant.
Leur accueil est chaleureux, attentionné. Ils prennent  le temps de nous écouter, d’être avec nous.

Et puis la nouvelle tombe : Il faut, séance tenante, rejoindre la famille pour accompagner ce père que s’en va…

Des regards  entre elle et lui s’échangent, ce sont des mots qu’ils se lancent : lui semble dire : « je suis là, appuie-toi sur moi ».

 Elle semble puiser dans ce regard toute la force qu’il lui faut pour rester calme et fort face à l’événement.

Les valises se font, chacun prête attention à ce que l’autre pourrait oublier. Alors que l’on sent la tension palpable, chacun reste maitre de ses émotions, se concentrant sur l’accompagnement de l’autre.

Des gestes, des sourires s’échangent témoignant d’une réelle complicité. Chacun est la bouée de l’autre !

La souffrance, les malheurs dans un couple peuvent ou tout faire exploser, ou au contraire le souder, lier très fortement.
C’est dans l’épreuve que nous sommes totalement en vérité.

Que notre force et notre faiblesse apparaissent : on ne peut se cacher.
Cette délicatesse mutuelle, cette complicité est le fruit d’un partage du ressenti de chacun face à toutes ces épreuves.

La confiance est là : je sais que l’autre peut m’accueillir avec ma colère, mon incompréhension, ma tristesse face à l’épreuve.

Le support apporté, le réconfort, l’écoute permettent de pouvoir s’appuyer, se confier créant alors cette complicité du regard, de l’attention lorsque les mots ne suffisent plus.

Puiser en l’autre la force qui  permettra de tenir bon, de ne pas sombrer, de repartir, voici la chance des couples qui avec beaucoup de patience, de respect écoutent la souffrance de leur conjoint. Si et seulement si ! Celui-ci ose ouvrir son cœur, se livrer et partager sa douleur.

En amour : « Je ris quand tu ris, je pleure quand tu pleures »

Claire Deprey — Conseil Conjugal et familial — Strasbourg — 06 62 50 74 32

 

 

 

claire deprey

Claire Deprey. Conseillère conjugale et familiale, installée à Toulouse. Formée au Cler Amour et Famille - Affiliée à l'ANCCEF- Sensibilisée à l'approche de l'imago thérapie Exerce en cabinet privé : couples en difficultés, personnes seules, familles. Entretiens telephoniques - Skype Obtention d'un DU sur les difficultés psychopathologiques et éducatives des adolescents : Relation d'aide auprès d'adolescents et de leur famille. Animatrice de groupe d'analyse de pratique professionnelle auprès de professeurs de lycée. Conférencière l'autorité, l'éducation affective relationnelle et sexuelle, les émotion, la confiance etc...

Follow:
  • From Christophe sobia on Mauvaise communication de couple

    J’aime CE page là

    Go to comment
    2020/05/01 at 11:16 pm
  • From Francesco on TIME'S UP !

    Merci beaucoup !

    Go to comment
    2018/03/16 at 9:39 pm
  • From Sandrine Moreau on PETITS EXERCICES POUR PRATIQUER UNE COMMUNICATION NON VIOLENTE

    ces exercices sont très intéressants, aident à réfléchir de façon plutôt ludique

    Go to comment
    2017/09/24 at 8:17 pm
  • From LASALA ALBERT on Ailleurs

    Merci merci pour ce touchant message;
    Je vous comprend et partage votre sentiment .
    Merci pour votre aide qui nous a permis de rebondir positivement et ouvrir des pistes plus joyeuses dans la compréhension et l’envie de faire mieux;
    Je vous souhaite de continuer dans vos pas , à aider des couples comme nous et comme à nous , leur apporter une paix, en suscitant un éveil à l’autre plus tolérant et donc dans plus d’amour.
    MERCIIIII

    Go to comment
    2017/07/10 at 4:03 pm
  • From claire deprey on Bonne année

    Bonjour Madame,
    Vous exprimer votre tristesse, votre culpabilité et votre désarroi face au constat que vous faites après 50 années de mariage, d’avoir le sentiment de ne pas avoir rendu votre mari heureux, malgré tous les efforts que vous avez fait.
    Votre mode de communication ne semble pas convenir, puisque vous dites que cela se termine en dispute.
    Avez-vous songé à aller discuter tous les deux avec une conseillère conjugale ? Celle-ci pourrait vous aider à trouver tous les deux une communication efficace, peut être plus ciblée sur le besoin, la demande de l’un ou de l’autre.
    Parfois on donne à l’autre ce qui nous fait plaisir à nous, sans réaliser que l’autre attend peut être autre chose. Encore faut il qu’il ou elle le dise !
    Je vous encourage sincèrement à aller voir quelqu’un qui pourrait vous aider et vous rendre alors la vie plus heureuse à tous les deux.
    Vous en êtes arrivés à 50 années de vie commune, c’est formidable ! faites alors en sorte de crever quelques abcsés qui feront des autres années à venir des années de bonheur !
    Bien à vous
    Claire Deprey

    Go to comment
    2017/01/11 at 4:13 pm
  • From Maryse Laval on Bonne année

    bonjour ;
    Nous avons eu 50 ans de mariage le 31 décembre .Mon mari n’a pas souhaité féter cet évenement . je suis déçue ,rejetée et honteuse car je me sens coupable, de ne pas l’avoir rendu heureux malgré toutes les concessions que je lui ai faites ! comment faire pour arriver à communiquer: des que j’essaie de m’expliquer en cas de desaccord il le prend mal, et çà tourne en dispute .

    Go to comment
    2017/01/10 at 11:31 pm
  • ...-->
    Pas de commentaires pour le moment
    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.