Les devoirs du soir…je craaaque !

Le soir, à l’heure des devoirs, je m’emporte, je me mets en colère, ça stresse mon fils, il se bloque, il n’y arrive pas, cela m’énerve encore plus… »

Bref, tout le monde finit en pleurs !

« Je cherche à comprendre ce que je ne fais pas comme il faut. Ma fille, me voyant en pleurs, dit : je suis nulle. »

Bref, tout le monde se culpabilise, c’est un cercle vicieux.

Où est la « wonder-mum » qui ne s’est jamais énervée sur ses enfants à l’heure bénie des devoirs du soir ? Que celle qui n’a jamais crié : « M’enfin, c’est pas possible, c’est pourtant simple ! », « Qu’est-ce qu’on va faire de toi ! », « Ça fait une heure que je t’explique, c’est pourtant pas compliqué, andouille ! » , me jette la première pierre !

Mais que se passe-t-il pour que l’on finisse par se mettre dans cet état ? Pourquoi craque-t-on ? Quel est l’enjeu qui nous semble si important ? Qu’est-ce qui m’énerve dans le fait que mon enfant n’y arrive pas, qu’il ne comprenne pas malgré mes explications lumineuses ?

Quelques idées…

1-    Déléguer : étude, association de soutien scolaire, aide du papa le week-end, des frères et sœurs, des grands-parents, échanger avec une amie en prenant les enfants à tour de rôle… Ayons de l’imagination !

2-    Négocier avec l’enseignant : on ne travaillera pas plus de 30 ou 40 minutes le soir(trouvons le bon dosage)  Il est en effet inutile de dépasser un certain laps de temps. Au-delà, cela ne sert plus à rien. Les enfants sont fatigués après une journée d’école (et nous aussi !). On peut proposer de faire les exercices à l’oral avec son enfant ou d’écrire une partie du travail à sa place pour que cela soit moins fastidieux.

3-    Réfléchir et se calmer. Pourquoi  je perds ainsi patience ? Pourquoi je ne veux pas lâcher un peu l’affaire ? De quoi ai-je peur ? De l’avenir ? Keep cool, on ne joue pas Sciences Po en CP ! Chaque enfant a son rythme, ses qualités propres, ses points forts et trouvera sa voie. Gardons confiance en ses capacités particulières. Laissons-le parfois expérimenter l’échec et reconnaissons le nôtre. Nous avons tort de nous mettre en colère, sachons lui présenter nos excuses.

Lâchons prise et souvenons-nous que l’important est de réussir sa vie et non de réussir dans la vie.

VOIR LA VIDÉO : les devoirs. sketch d’Anne Roumanov

Perrine de Prémare. Conseil conjugal et familial.

 

 

perrine de premare

Perrine de Premare, conseil conjugal et famillial.

Follow:
Pas de commentaires pour le moment

Vous ne pouvez pas poster de commentaire pour le moment