à la recherche de l’amour ou d’un “médic-amant” ?

L’autre jour, je « baguenaudais » devant la télévision lorsque je suis tombée sur une émission consacrée à l’amour ; ou plutôt soi-disant à l’amour. Des femmes étaient invitées pour témoigner de leur difficulté à retrouver l’amour après un chagrin, une rupture, un décès. Ces femmes avaient des difficultés à « faire le deuil » de leur amour perdu. Elles s’abimaient dans des relations sans lendemain ou se consacraient à leur(s) enfant(s) jusqu’à l’oubli d’elle-même.

Puis vint une dame très respectable et d’un âge certain, veuve de son état qui après des années où elle s’était refermée sur elle et sur son couple disparu, était enfin prête à retrouver l’amour. Merveilleux ! Mais la digne dame qui cherchait l’amour avait besoin d’« une peluche… » (sic) ! La présentatrice, amusée, lui demanda ce qu’elle entendait par là. « Un homme confortable » répondit l’honorable veuve. Je me crus alors dans une mauvaise publicité vantant les mérites d’un canapé (on peut s’y installer confortablement pour regarder un film, faire une petite dînette voire y dormir !)

J’avoue que cette émission m’a choqué. Poussons plus loin et imaginons un homme cherchant une belle poupée ou des parents cherchant des enfants — jouets !  Je pense que la présentatrice aurait trouvé cela beaucoup moins plaisant.

Mais sérieusement, comment notre société hyper consommatrice et individualiste considère-t-elle l’« humain » ? Et moi, comment est-ce que je considère l’autre, mon « proche prochain », celui avec qui je vis, ceux qui m’entourent ? L’autre est-il  réduit à n’être qu’un bien de consommation ou une personne que je veux voir s’épanouir et que je veux rendre heureuse. Est-ce que je consomme ? Est-ce que je me donne ? Ou bien suis-je dans le « donnant-donnant »

Bien sûr, il est des souffrances et des traumatismes difficiles à vivre, mais l’autre sert-il alors de pansement ? De « médic- amant » ? Ou existe-t-il par lui-même ? Quel sens donné-je à la relation que je tisse avec les autres ? Quelle en est sa finalité ? Est-ce « gratuit » même si cela m’apporte ? Est-ce que je m’engage dans la durée malgré toutes les vicissitudes de la vie ?

Bref, est-ce que l’Amour, le Vrai, le Beau, le désintéressé, j’y crois ?

Perrine de Prémare. Conseil conjugal et familial. Yvelines

perrine de premare

Perrine de Premare, conseil conjugal et famillial.

Follow:
  • From Christophe sobia on Mauvaise communication de couple

    J’aime CE page là

    Go to comment
    2020/05/01 at 11:16 pm
  • From Francesco on TIME'S UP !

    Merci beaucoup !

    Go to comment
    2018/03/16 at 9:39 pm
  • From Sandrine Moreau on PETITS EXERCICES POUR PRATIQUER UNE COMMUNICATION NON VIOLENTE

    ces exercices sont très intéressants, aident à réfléchir de façon plutôt ludique

    Go to comment
    2017/09/24 at 8:17 pm
  • From LASALA ALBERT on Ailleurs

    Merci merci pour ce touchant message;
    Je vous comprend et partage votre sentiment .
    Merci pour votre aide qui nous a permis de rebondir positivement et ouvrir des pistes plus joyeuses dans la compréhension et l’envie de faire mieux;
    Je vous souhaite de continuer dans vos pas , à aider des couples comme nous et comme à nous , leur apporter une paix, en suscitant un éveil à l’autre plus tolérant et donc dans plus d’amour.
    MERCIIIII

    Go to comment
    2017/07/10 at 4:03 pm
  • From claire deprey on Bonne année

    Bonjour Madame,
    Vous exprimer votre tristesse, votre culpabilité et votre désarroi face au constat que vous faites après 50 années de mariage, d’avoir le sentiment de ne pas avoir rendu votre mari heureux, malgré tous les efforts que vous avez fait.
    Votre mode de communication ne semble pas convenir, puisque vous dites que cela se termine en dispute.
    Avez-vous songé à aller discuter tous les deux avec une conseillère conjugale ? Celle-ci pourrait vous aider à trouver tous les deux une communication efficace, peut être plus ciblée sur le besoin, la demande de l’un ou de l’autre.
    Parfois on donne à l’autre ce qui nous fait plaisir à nous, sans réaliser que l’autre attend peut être autre chose. Encore faut il qu’il ou elle le dise !
    Je vous encourage sincèrement à aller voir quelqu’un qui pourrait vous aider et vous rendre alors la vie plus heureuse à tous les deux.
    Vous en êtes arrivés à 50 années de vie commune, c’est formidable ! faites alors en sorte de crever quelques abcsés qui feront des autres années à venir des années de bonheur !
    Bien à vous
    Claire Deprey

    Go to comment
    2017/01/11 at 4:13 pm
  • From Maryse Laval on Bonne année

    bonjour ;
    Nous avons eu 50 ans de mariage le 31 décembre .Mon mari n’a pas souhaité féter cet évenement . je suis déçue ,rejetée et honteuse car je me sens coupable, de ne pas l’avoir rendu heureux malgré toutes les concessions que je lui ai faites ! comment faire pour arriver à communiquer: des que j’essaie de m’expliquer en cas de desaccord il le prend mal, et çà tourne en dispute .

    Go to comment
    2017/01/10 at 11:31 pm
  • ...-->
    1 Comment
    • Florence

      Moi cela ne me choque pas tout à fait. Dans notre société, la plupart des bébés, bambins et jeunes enfants ont un “doudou” et/ou une tétine qui sont en réalité des substituts de la maman. Le doudou est si important que certains parents vont jusqu’à acheter le même en 3 exemplaires au cas où l’un serait perdu, mis à laver ou autre. Cet objet est capable de rassurer voire même servir de consolation à un enfant malade, blessé, triste etc. Alors, une adulte qui souhaite une peluche, cela pourrait être la suite logique des doudous, non ?

      29 octobre 2013 à 20 h 48 min
    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.