« Ohé y a quelqu’un …? »

« Ohé y a quelqu’un …? »

C’est le cri désespéré et désespérant que viennent crier beaucoup d’élèves au point écoute que j’anime dans un lycée Strasbourgeois.

C’est l’appel déguisé ou avoué que viennent crier les couples que je reçois.

C’est  la question posée anonymement ou pas, lors de mes interventions dans les lycées, en éducation affective relationnelle et sexuelle.

Ce cri, est poussé dés la naissance. Le tout petit crie, pleure pour qu’on l’entende, que l’on s’occupe ainsi de lui.

L’enfant qui s’agite, crie son besoin d’être aimé d’être écouté …

L’adolescent qui fume, qui boit appelle à l’aide…

La femme, l’homme qui trompe parle de son besoin d’être entendu …

Cet appel  est lancé tout au long de notre vie ! Que veut-il dire :

 « Regarde moi, »
« Si tu me regardes, j’existe » 
« Je suis aimable »

On lit dans tous les journaux que nous vivons dans l’ère de la communication.

Tout le monde communique ! Le portable avec ses textos, ses tweets, les ordinateurs avec les mails, skype, facebook etc.…

A tel point que lorsqu’un jeune part à l’étranger, c’est comme s’il dormait dans la pièce à côté. Finalement on ne se sépare jamais, on peut toujours se parler …

Quel paradoxe !

L’ère de la communication ? Permettez moi d’en douter !

L’incapacité de nos jeunes à mettre des mots sur leurs sentiments, sur leurs émotions est préoccupante !

Comment exprimer à l’autre ce que je suis, ce que je pense, si je ne connais pas les mots ?

La « glaciation » des sentiments, des émotions chez certains ou alors le trop plein d’expression chez d’autres, ne permet pas d’établir une bonne communication : mesurée, sereine.

Et cependant comme nous le dit si bien Jacques Salomé : « t’es toi quand tu parles ».

Que se passe t-il donc ? Pourquoi un tel paradoxe ? Est-ce que trop de communication tuerait la communication ?

Communiquer, étymologiquement c’est « être en relation avec », ce qui induit que dans une communication on est au moins deux.

Il faut donc, pour qu’il y ait communication, un émetteur et un récepteur.

Or parfois, voir souvent, le récepteur est présent, il entend, mais écoute t-il ?

Entendre, écouter ce que dit l’autre, lui laisser la liberté d’exprimer son désir, ce qu’il perçoit, ce qu’il juge bon ou pas, n’est possible que si, soi-même nous nous sentons libre, autorisé à exprimer ce que nous désirons, ce que nous percevons, ce que nous jugeons bon ou pas.

Cette attitude favorise, l’écoute, l’échange, la communication.

L’accusation, la menace, le jugement nous éloigne les uns des autres, impossible alors d’écouter, d’entendre, de communiquer.

Communiquer demande de prendre du temps, de poser un cadre, de créer une ambiance ou chacun peut se sentir en confiance, respecté dans ce qu’il est.

L’accueil de l’autre se parle en mot, en geste, en regard.

Posons nous et réfléchissons à nos moyens de communiquer avec nos enfants, nos conjoints, nos amis : textos, mails … ?

Ecoutons ces cris qui nous demandent de prendre le temps : non pas de répondre, mais juste d’écouter.

Claire Deprey – Conseil Conjugal et Familial – Strasbourg

 Pour aller plus loin :

claire deprey

Claire Deprey. Conseillère conjugale et familiale, installée à Toulouse. Formée au Cler Amour et Famille - Affiliée à l'ANCCEF- Sensibilisée à l'approche de l'imago thérapie Exerce en cabinet privé : couples en difficultés, personnes seules, familles. Entretiens telephoniques - Skype Obtention d'un DU sur les difficultés psychopathologiques et éducatives des adolescents : Relation d'aide auprès d'adolescents et de leur famille. Animatrice de groupe d'analyse de pratique professionnelle auprès de professeurs de lycée. Conférencière l'autorité, l'éducation affective relationnelle et sexuelle, les émotion, la confiance etc...

Follow:
Pas de commentaires pour le moment

Vous ne pouvez pas poster de commentaire pour le moment