De l’art du compliment

En des temps révolus, se transmettait une délicieuse coutume surannée : savoir tourner un joli compliment*. Cela nécessitait une belle langue, de la bienveillance, un soupçon de sincérité, une once d’intéressement parfois…

Aujourd’hui, une fois la déclaration d’amour enflammée (ou pas), après plusieurs années de vie commune, pourquoi ne pas redécouvrir l’art du compliment amoureux… ?

– Je réfléchis en premier lieu à toutes les précieuses qualités de mon (ou ma) chéri(e), à tout ce qui me plait ou m’a plu, aux petites choses qui font les délices du quotidien et qui nous aident à supporter  les tracas qui pleuvent !

– Je tourne bien l’affaire, en vers, en prose, avec des anaphores (très en vogue en ce moment) ou autres figures de style aux noms si charmants (litote, oxymore, paronomase, homéotéleutes, tapinose, hyperbole, et autres acrostiches… un régal vous dis-je !)

– J’attends le résultat… Si, si,  il y en aura forcément un (que je peux partager avec l’auteur.)

«  Il est un homme qui a su faire de l’amour, une évidence au long cours (paronomase)

Un homme grand, charmant, galant, brillant, brûlant (homéotéleute)

Un homme qui me fait me sentir aimable, gracieuse et désirable.

Un homme capable d’une grande puissance intellectuelle, d’une suave douceur mais aussi d’une désarmante rigueur.

Un homme d’une précieuse gentillesse, généreux, désintéressé, parfois sombre et ténébreux, empli d’un mystère impénétrable que je ne cesserai jamais de percer.

J’aime son regard clair, droit et fier avec ce je ne sais quoi d’enfant égaré.

J’aime la peau de son cou à la lisière du col de chemise, j’aime ses mains d’une rugueuse douceur sur moi (oxymore)

J’aime son calme après la tempête qui me ferait presque aimer les orages pour la quiétude que procurent leurs résolutions ;

J’aimais son indulgence à mon égard, sa clémence.

 J’aime sa présence, son insolence. Il est l’essence de mon cœur abimé, Il est mon carburant !

Et parfois en pleine journée, je suis saisi d’une forte émotion à son évocation, une mélancolie, un manque soudain et étrange.

Et cet homme, ce roc fragile sur lequel je m’appuie… c’est toi. **

 

Perrine de Prémare. Conseil conjugal

*Ce mot qui nous vient de l’italien “hommage”, de l’espagnol “abondance” et du latin “accomplir” est devenu bien ironique, aujourd’hui cf.on débite son compliment…

** Toute ressemblance avec une personne existante ou ayant existé ne saurait être que purement fortuite !

perrine de premare

Perrine de Premare, conseil conjugal et famillial.

Follow:
  • De Francesco à propos de l'article TIME'S UP !

    Merci beaucoup !

    Voir le commentaire
    16/03/2018 à 9:39
  • De Sandrine Moreau à propos de l'article PETITS EXERCICES POUR PRATIQUER UNE COMMUNICATION NON VIOLENTE

    ces exercices sont très intéressants, aident à réfléchir de façon plutôt ludique

    Voir le commentaire
    24/09/2017 à 8:17
  • De LASALA ALBERT à propos de l'article Ailleurs

    Merci merci pour ce touchant message;
    Je vous comprend et partage votre sentiment .
    Merci pour votre aide qui nous a permis de rebondir positivement et ouvrir des pistes plus joyeuses dans la compréhension et l’envie de faire mieux;
    Je vous souhaite de continuer dans vos pas , à aider des couples comme nous et comme à nous , leur apporter une paix, en suscitant un éveil à l’autre plus tolérant et donc dans plus d’amour.
    MERCIIIII

    Voir le commentaire
    10/07/2017 à 4:03
  • De claire deprey à propos de l'article Bonne année

    Bonjour Madame,
    Vous exprimer votre tristesse, votre culpabilité et votre désarroi face au constat que vous faites après 50 années de mariage, d’avoir le sentiment de ne pas avoir rendu votre mari heureux, malgré tous les efforts que vous avez fait.
    Votre mode de communication ne semble pas convenir, puisque vous dites que cela se termine en dispute.
    Avez-vous songé à aller discuter tous les deux avec une conseillère conjugale ? Celle-ci pourrait vous aider à trouver tous les deux une communication efficace, peut être plus ciblée sur le besoin, la demande de l’un ou de l’autre.
    Parfois on donne à l’autre ce qui nous fait plaisir à nous, sans réaliser que l’autre attend peut être autre chose. Encore faut il qu’il ou elle le dise !
    Je vous encourage sincèrement à aller voir quelqu’un qui pourrait vous aider et vous rendre alors la vie plus heureuse à tous les deux.
    Vous en êtes arrivés à 50 années de vie commune, c’est formidable ! faites alors en sorte de crever quelques abcsés qui feront des autres années à venir des années de bonheur !
    Bien à vous
    Claire Deprey

    Voir le commentaire
    11/01/2017 à 4:13
  • De Maryse Laval à propos de l'article Bonne année

    bonjour ;
    Nous avons eu 50 ans de mariage le 31 décembre .Mon mari n’a pas souhaité féter cet évenement . je suis déçue ,rejetée et honteuse car je me sens coupable, de ne pas l’avoir rendu heureux malgré toutes les concessions que je lui ai faites ! comment faire pour arriver à communiquer: des que j’essaie de m’expliquer en cas de desaccord il le prend mal, et çà tourne en dispute .

    Voir le commentaire
    10/01/2017 à 11:31
  • De Dominique à propos de l'article « Est ce que je m’aime ? »

    Merci bcp

    Voir le commentaire
    06/12/2016 à 6:04
  • De Claude Bloquet à propos de l'article PETITS EXERCICES POUR PRATIQUER UNE COMMUNICATION NON VIOLENTE

    Merci pour ces exercices très pertinents qui vont me servir dans ma formation.

    Voir le commentaire
    11/02/2015 à 4:53

Vous ne pouvez pas poster de commentaire pour le moment