Les repas de famille

Quand on pense aux repas de famille, on rêve un peu de la famille Ricoré, avec le soleil qui vient de se lever et là, l’ami Ricoré, celui qui vient toujours au bon moment, transforme le repas en moment de pure grâce, de bonheur et d’harmonie familiale, or c’est plus souvent terrain miné, face de carême voire « règlement de compte à OK Corral ».

La famille se construit autour de ces repas, ce sont des moments importants dans la vie de chacun de ses membres, avec des rituels propres à chaque famille.

On peut en distinguer deux types : les repas quotidiens avec les parents et les enfants ; et ceux avec la famille élargie pour des occasions plus importantes.

  • Les repas quotidiens servent à construire une famille, à la faire grandir.

Ils sont importants pour différentes raisons. Ils ont un intérêt éducatif certain : apprendre à mettre la table, à aider, à bien se tenir. Qui n’a pas entendu des dizaines de fois, « tiens-toi droit », « enlève tes coudes », « tu bois comme un lavabo » ? Mais qui n’a pas vu des petits de 4 ans enchantés d’aider en mettant maladroitement la table ?

Ils ont un intérêt alimentaire, c’est là que l’on peut apprendre à manger ou au moins goûter de tout, à diversifier les aliments, à manger équilibré et non à piocher ce que l’on veut devant un écran…

Ils sont le moment privilégié du dialogue. Ils apprennent l’écoute et si on ne se sent pas toujours écouté dans sa famille, c’est un point à travailler (en parlant à tour de rôle, en coupant les portables et la sainte télévision…) Parler devant les autres et être écouté augmente la confiance en soi et peut être une aide future pour les prises de paroles et les négociations. Attention toutefois à ce que cela ne vire pas systématiquement à l’interrogatoire : « t’as fini tes maths ? », « t’as appelé monsieur Machpreaux ? », ou pire, « elle a eu combien hein, à son contrôle, la petite constance ? »

Il est important également de réfléchir à la place des enfants pendant ces repas. Autrefois, ils n’avaient pas la parole. Aujourd’hui, c’est parfois l’excès inverse : dès qu’ils parlent ou s’agitent, on a tendance à en faire le centre d’attention. Il s’agit de les mettre à leur juste place, laisser parler les plus grands mais aussi leur donner la parole et les écouter à bon escient. Du bon sens quoi !

Ces repas servent à resserrer les liens familiaux car finalement, entre le travail parfois tardif des parents, les études des plus grands, les activités diverses et variées, c’est parfois rare de se retrouver tous réunis. C’est vraiment le lieu d’échange familial par excellence.

  • Les repas des grandes occasions réunissent la famille élargie avec des grands-parents, des cousins, l’inénarrable tante Zonzon…

Ces repas ont des codes, des habitudes, presque une liturgie propre à chaque famille. C’est parfois convivial et sympathique, parfois plus tendu. Il faut jongler entre le végan et celui qui ne peut imaginer un repas de Pâques sans gigot dans la famille ; l’allergique au gluten et celui qui est au régime. Et supporter la fameuse tante Zonzon qui, pour la millième fois, nous répète « je vous ai fait ma charlotte », celle dont personne n’a jamais osé lui dire qu’elle était immangeable.

Parfois ces repas nous demandent un effort, il faut prendre du temps sur son week-end, retrouver des personnes que l’on n’a pas choisies, éviter certains sujets, éventuellement voir des blessures ou des jalousies d’enfance se réactiver. Mais les tensions, c’est aussi la vie, alors ne les fuyons pas mais tentons de les dépasser pour passer ensemble un bon moment dans la bonne humeur.

Perrine de Prémare. Conseil conjugal et familial

perrine de premare

Perrine de Premare, conseil conjugal et famillial.

Follow:
Pas de commentaires pour le moment

Vous ne pouvez pas poster de commentaire pour le moment